Libra : la monnaie de Facebook vient de loin

28 06 2019
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mon cher lecteur,
 
Alors comme ça, Facebook lance sa cryptomonnaie.
 
La Libra.
 
Ne tombez pas des nues mon cher lecteur, c’est l’arlésienne cette affaire, cela fait un quart de siècle que le monde de la tech’ veut croquer les banques et la finance.
 
Microsoft Money date de 1991. Oh ce n’était qu’un logiciel comptable mais dès 1994 Bill Gates préparait une entrée massive sur les services financiers avec son OPA sur Intuit. Il voulait le monopole des paiements en ligne et une commission pour chaque transaction. 
 
Il dût abandonner son acquisition et revoir son ambition drastiquement après une procédure anti-trust (anti-monopole) qui faillit bien casser Microsoft en morceaux et donna de l’air au monde de la tech qui n’en pouvait plus de l’hégémonie des ingénieurs un peu sectaires de la firme de Redmond. 
 
Depuis, les géants des GAFA évitent les gaffes et avancent à pas feutrés sur ces services financiers qu’ils lorgnent comme des fauves en cage devant des gazelles bien grasses : c’est bien à ça que ressemble un banquier de Wall Street pour un ingénieur de la Silicon Valley.
 
Mais dans la grande pyramide alimentaire des affaires, il n’est pas de prédateur qui ne soit la proie d’un autre. 
 

Une technologie chasse l’autre 

Depuis bientôt un demi-siècle dans la Silicon Valley, une technologie chasse l’autre dans un grand mouvement de métronome.
 
  • Les grosses machines d’IBM ont cédé le pas aux ordinateurs personnels et aux systèmes d’exploitation fournis par Microsoft.
    • Eux-mêmes ont failli devenir obsolètes avec le « raz-de-marée d’Internet », qu’a tant craint Bill Gates, avec ses navigateurs Web et moteurs de recherches dominés par Google
      • qui doivent affronter la concurrence des réseaux sociaux et de Facebook.
 
Dans le monde de la technologie, ce ne sont pas les entreprises les vraies concurrentes, ce sont les technologies.
 
Mark Zuckerberg et ses lieutenants ne l’ignorent pas et ils savent très bien que le seul moyen de ne pas devenir eux-mêmes obsolètes reste encore d’occuper le terrain de la prochaine technologie qui les menacera. 
 

L’enseignement le plus importante de la Libra

Avec la création de la Libra, Facebook admet que la prochaine grande vague, ce sont les technologies de la valeur, c’est la blockchain : c’est-là où ils doivent aller s’ils ne veulent pas se faire dépasser.
 
Il est très important que vous compreniez cela mon cher lecteur, la Libra de Facebook ne cherche pas tant à concurrencer les monnaies souveraines qu’à éviter l’obsolescence d’un groupe trop gros et trop fragile.
 
 
Et ils ne savent que trop bien que les échanges de valeur ne sont pas un autre secteur, ce n’est pas autre chose, elles englobent l’information, car une information n’est jamais qu’une valeur particulière dont les GAFA, d’ailleurs — et ce fut longtemps leur secret – vous ont largement dépossédé. 
 
 
Le monde des GAFA n’est pas si rose qu’on croit et leur ligne de crête est étroite entre le risque de monopole illégal et celui d’obsolescence rapide s’ils ne se positionnent pas suffisamment vite sur les nouvelles technologies de la valeur. Celles-ci se développent autour de la blockchain — comme les technologies de l’information se sont développée autour d’Internet puis des réseaux sociaux.
 
Et à ce petit jeu, Facebook était en retard, derrière les Apple Pay, Google Wallet ou Amazon Pay.
 
Et voilà que Mark Zuckerberg annonce rien de moins qu’une grande monnaie mondiale pour les paiements en ligne, via une BLOCKCHAIN, gérée par une fondation…
 
Le cadre est posé. Il nous reste encore à découvrir :
  • Ce qu’est précisément la Libra et ce qu’elle n’est pas ;
  • Ce que la Libra dit sur la situation monétaire mondiale ;
  • Pourquoi la Libra N’est PAS une menace pour les monnaies souveraines à court et moyen terme ;
  • Les 3 différences principales entre la Libra et le Bitcoin ;
  • La condition essentielle et improbable pour éviter une situation de privilège exorbitant 
La suite demain…
 
D’ici-là, permettez-moi de vous demander une faveur : contre l’indigence des commentaires médiatiques qui ont suivi l’annonce de la Libra, diffusez cette lettre, transférez-là à votre carnet d’adresse, partagez-là sur les réseaux.
 
 
À votre bonne fortune,
 
Guy de La Fortelle
 
PS : le Bitcoin reprend la lumière ces derniers jours et regagne de la traction. Ne vous faites pas prendre par le bruit et les secousses, ce qui compte fondamentalement, c’est la volatilité haussière du Bitcoin.
 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •