L’arme de destruction massive de votre épargne

15 07 2019
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mon cher lecteur, 
 
Au mois de juin 2019 et à l’échelle mondiale, 12 000 milliards d’obligations ont des rendements négatifs.
 
 
Sur ces 12 000 milliards, 5 500 sont des dettes souveraines européennes. C’est 1 000 de plus qu’au début de l’année.
 
Même l’Italie à la dette gargantuesque se met à emprunter à taux négatifs, c’est insensé.
 
Et pendant que les États européens gagnent de l’argent en s’endettant, des entreprises européennes en faillite virtuelle, des zombies mal gérés, qui ne tiennent qu’en s’endettant toujours plus, achètent leur dette à des taux inférieurs à ceux de l’État américain ! C’est ce que l’on appellent poliment les obligations à haut rendement et plus justement : obligations pourries.
 
Si vous avez vos économies dans un fonds euro d’assurance vie, vous n’êtes pas au bout de votre cauchemar : l’essentiel est placé dans des dettes souveraines européennes dont les rendements continuent de baisser.
 
Et la Banque de France ne prévoit pas que cela s’arrête dans un avenir proche. En 2019, les ¾ de la dette émise par la France a un taux d’intérêt négatif.
 
À vrai dire nous étions monté jusqu’à 13 500 milliards en 2016, mais depuis l’économie était censée être repartie, la croissance revenue et la « normalisation » sur les rails.
 
Mais tout ceci n’était qu’une illusion. Personne n’a réglé quoi que ce soit.
 
Les taux négatifs sont une aberration. Ils sont une prise d’otage. Si tout le monde pouvait emprunter à taux négatif, l’Euro serait immédiatement détruit.
 
La seule raison pour laquelle cela tient, c’est que seuls certains, États et grands groupes ont accès à ce cadeau tombé… de votre poche.
 
Ces dettes, publiques comme privées, à taux négatif ou préférentiel, ne sont pas un poids sur les générations futures. Personnes ne remboursera jamais les 250 000 et quelques milliards de dettes mondiales, c’est mathématique (l’hyperinflation ne compte pas).
 
À partir du moment où ces dettes ne sont pas remboursées, tout ce qu’ils achètent avec cet argent dilue l’épargne et plus généralement la richesse de tous les autres, y compris les salaires et retraites touchés chaque mois.
 
Les taux négatifs sont une arme de destruction massive de votre épargne.
 
L’or est en hausse de 20% depuis un an.
 
La vérité, c’est que ce n’est pas l’or qui monte, ce sont toutes les monnaies souveraines qui tombent.
 
Et ce n’est pas prêt de s’arrêter.
 
 
À votre bonne fortune,
 
Guy de La Fortelle

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •