Ces investissements « oubliés » par votre banquier…

05 08 2019
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mon cher lecteur,
Au risque de vous agacer, j’insiste lourdement ces derniers mois sur les investissements en or et en cryptomonnaies.
Ce n’est pas pour rien.
C’est pour vous aider à vous protéger d’événements comme ceux de la semaine dernière et qui sont appelés à se multiplier :
CAC Bitcoin et Or
Ces 5 derniers jours, le CAC40 a décroché de plus de 6% pendant que l’or en gagnait près de 3 et le Bitcoin 20.
Pour mémoire cela répond à l’annonce de nouveaux tarifs douaniers par Monsieur Trump ainsi qu’une baisse des taux de la Fed jugée trop mollassonne.
Personne ne s’étonne que les marchés baissent alors que l’économie américaine est censée être en pleine forme avec un chômage au plancher et des résultats économique supposés extrêmement robustes. C’est normal, cela fait longtemps que les marchés ont rompu avec la réalité.
Et ne me dites pas que c’est un coup de conjoncture, les chiffres sont encore plus éloquents sur un an :
CAC Or et BTC 5 ans
  • Le Bitcoin s’envole de 100% (alors que tout le monde ou presque le donnait pour mort à l’exception de votre serviteur quelques rares autres ayant sérieusement étudié le sujet).

  • L’or monte de 25% ;
  • Le CAC40 baisse de 4,6% ;
À 5 ans, cela marche aussi : le Bitcoin explose de 2 600%, l’or monte de 35% et le CAC40 fait difficilement 26%.
Je passe l’essentiel de ces chroniques à vous expliquer mes vues et mes raisons, mes façons de choisir mes investissements. C’est important car ainsi mes analyses sont opposables, discutables, perfectibles et surtout appropriables.
Pour une fois, nous irons directement au résultat : à 5 jours, à 1 an comme à 5 ans les stratégies oubliées de vos banquiers que je vous propose dans ces chroniques marchent mieux. Point.
Et pour les mettre en œuvre facilement et efficacement, je vous recommande, je crois que je mérite ma publicité, mon service d’investissement Risque & Profit que je vous invite à découvrir en cliquant ici.
À votre bonne fortune,
Guy de La Fortelle

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •